Situation Géographique

La commune de Saint-Barthélemy s'étend sur 2192 hectares délimités par des cours d'eau : au nord, un ruisseau établit la séparation avec Pluméliau, à l'ouest, la profonde saignée du Blavet engendre une frontière naturelle avec Melrand et Quistinic, au sud le ruisseau de Saint-Adrien marque la limite avec Baud, et à l'est, c'est le même ruisseau qui le divise de Guénin.

Le territoire est vallonné, parcouru de nombreux ruisseaux. Sur le canton de Baud, le Blavet forme la transition entre sous-sol de schiste et de granite. Situé à l'est du Blavet, Saint-Barthélemy possède un sous-sol composé essentiellement de schiste comme Pluméliau, Guénin et la partie sud-est de Bieuzy. Sur le terrain, on remarque que l'utilisation du schiste dans la construction des maisons traditionnelles est réservée à la moitié est de la commune, tandis que la partie ouest privilégie majoritairement le granite provenant des communes voisines de Melrand, Quistinic et Baud. Quelques massifs de granulite émergent sur la carte géologique, au sud de Tréblavet (le long du Blavet), exploités en petites carrières à ciel ouvert.

Le territoire fertile est essentiellement agricole, dans les périodes anciennes, avec une importante culture de froment destinée à l'exportation, vendue sur les marchés d'Hennebont et de Pontivy. Les autres cultures consistent en seigle, avoine, blé noir qui se commercialisent localement. L'importance de l'élevage bovin est attestée par les nombreux logis-étables recensés sur le territoire, ainsi que dans le rapport de 1733 de l'intendant des Gallois de la Tour, très précis sur le plan économique. Le chanvre est également cultivé, dans un courtil à chanvre attenant à la ferme dont il est systématiquement fait mention dans les prisages et mesurages, le travail autour de la toile étant autrefois une source de revenus complémentaires pour les paysans. L'importante production de cidre est attestée dans les inventaires après décès qui mentionnent couramment la présence de barriques et de fûts, ainsi que dans les baux de fermage dans lesquels il est demandé aux fermiers de planter des pommiers tous les ans dans les vergers.

 

 

Date de dernière mise à jour : 15/10/2020